Événement

Robot

Retour

Dates tournées

05 mai 2015
(4 représentations les 5, 6 et 7 mai)
Les Gémeaux, scène nationale
Sceaux / France
28 avril 2015
(2 représentations, 28 et 29 avril)
Onyx, La Carrière
Saint Herblain / France
16 avril 2015
Le Pin Galant
Merignac / France
10 avril 2015
Théâtre du Luxembourg
Meaux / France
07 avril 2015
Le Colisée
Roubaix / France
04 avril 2015
Théâtre de Béthune
Bethune / France
02 avril 2015
L'Odyssée
Perigueux / France
27 mars 2015
Romans Scènes
Romans-sur-Isère / France
24 mars 2015
Théâtre de Roanne
Roanne / France
14 mars 2015
(8 représentations, du 14 au 21 mars)
Maison de la Danse
Lyon / France

Création de la Compagnie Blanca Li avec NAO (Aldebaran Robotics) et les machines musicales de Maywa Denki.

Créé en juillet 2013 au Festival Montpellier Danse

REVUE DE PRESSE

et une réaction du public :

C'est peu de dire que j'ai aimé, j'ai adoré ce spectacle tissé de poésie, de mystère, de magie, d'onirisme, de suspension et qui, en outre, a le mérite de ne pas nous bercer d'illusions, en sachant nous ramener dans un état de veille interrogative, quasi philosophique, sur le devenir du monde, les rapports étroits entre l'homme et la machine, l'impossibilité pour l'homme d'échapper à son destin, et l'ineffable avenir auquel est confronté l'être humain.

Il y a des moments incroyables à travers ce spectacle, où l'on reste bouche bée et yeux écarquillés devant tant de beauté formelle et d'incroyables exploits (dont ceux de ces adorables petits robots, ce qui en devient presque inquiétant). La musique est souvent écrite en mineur, avec des accords simples, quasi basiques, mais d'un pouvoir envoûtant extrêmement rare. Quelques sonorités nippones, quelques accords augmentés, et une polyphonie qui naît peu à peu à nos oreilles, comme pour mieux nous rappeler l'origine du monde. D'ailleurs, n'y a-t-il pas que la danse pour nous raconter l'histoire de l'humanité ?

Les danseurs se mêlent les uns aux autres, comme par fusion alchimique, mélangeant hommes et femmes avec une habileté déconcertante qui nous fait douter de nos certitudes en ce domaine, et qui, par leur union quasi sacrée, semble vouloir créer une ligue humaine asexuée décidée à lutter contre le fatalisme des temps modernes.

Le début du spectacle, bouleversant d'émotion, est axé sur la dichotomie (puisque tel semble être le parti pris de Blanca Li par rapport à son sujet) : robot/homme, ombre/lumière, noir et blanc/couleurs, réalité/rêve ? Une musique, dans le style de Steve Reich, faite de battements de coeur allant crescendo, nous projette dans la médecine du futur et ses expériences méphistophéliques... Et puis, que dire de ce magnifique duo mimétique entre le petit robot et le danseur ? Etonnant, envoûtant !
(Martial L, Caen)

ROBOT

Un spectacle de la Compagnie Blanca Li
avec NAO (Aldebaran Robotics) et les machines musicales de Maywa Denki

www.blancali.com

Durée: 1h25

Equipe de création

Chorégraphie, direction artistique : Blanca Li
Robots musicaux : Maywa Denki, Yoshimoto Creative Agency
Robots NAO : Aldebaran Robotics

Musiques originales : Tao Gutierrez et Maywa Denki
Scénographie : Pierre Attrait, assisté de Marion Leduc
Lumière : Jacques Chatelet, assisté de Sylvie Debare
Vidéo : Charles Carcopino, assisté de Simon Frezel et Pierre-Jean Lebassacq
Ingénierie numérique : Thomas Pachoud et Aurélien Conil
Animation robots : Clément Bigot et Valentin Bertrand

Costumes : Maywa Denki et Armando Sanchez

Danseurs Yacnoy Abreu Alfonso, Emilie Camacho, Géraldine Fournier, Yann Hervé, Aliashka Hilsum, Samir M’Kirech, Margalida Riera Roig, Gaël Rougegrez

Deuxième cast : Jonathan Ber, Tamara Fernando, Aurore Mettray et Yui Sugano
Assistantes chorégraphiques : Géraldine Fournier et Déborah Torres
Maître de ballet : Antonio Alvarado

Régie générale : Eric Da Graça Neves
Régie Plateau : Enrique Gutierrez
Régie son : Antoine Imbert

Equipe technique en tournée :

Régie lumière : Sylvie Debare ou Alain Larue ou Eric Da Graça Neves
Régie plateau : Enrique Gutierrez ou Stéphane Loizeau
Régie son : Antoine Imbert
ou Philippe Calvet
Régie Robots : Thomas Pachoud ou Martin Rossi assistés de Simon Frezel ou Aurélien Conil

Musiques additionnelles : "Dixit Dominus, HWV 232_ III. Tecum Principium in Die Virtutis Tuae" de GF Haendel - le Concert D'Astrée/Natalie Dessay/Emmanuelle Haim avec l'autorisation gracieuse de EMI Classics. "Besame mucho" de Consuelo Velasquez, interprété par Blanca Li.

Production :

Compagnie Blanca Li

Administration : Etienne Li
Production et communication : Jeanne Gascon production(at)blancali.com
Vente de spectacles / responsable projets : Stéphane Hivert s.hivert(at)blancali.com
Relations Presse : Sébastien d’Assigny sdapresse(at)gmail.com

Coproduction :

Festival Montpellier danse 2013 - Festival automne en Normandie - Espace Jean Legendre scène nationale de l'Oise en préfiguration - Le Studio Maison des Arts de Créteil -
En résidence au Centre des Arts d'Enghien, scène conventionnée pour les écritures numériques

Malles de scène (Nao trunk) : Pinel & Pinel
Remerciements à : Atelier CKR, @robose, Glyslein Lefever, Christelle Dietzi, Agnès Boma, Claudia Gargano, Gwen-Haël Denigot, MLG, Lise Roos-Weil, ainsi qu'à Bruno Meissonnier, Julien Gorrias et Alexandre Mazel chez Aldebaran Robotics

 

ROBOT

Le jour, la nuit, dedans, dehors, sur le chemin et dans le ciel, nous vivons avec les machines, notre mémoire devient artificielle, nos traces électroniques, notre identité digitale. Robots, machines, ordinateurs déguisés en téléphone ou en voiture, écrans évidement tactiles que les mains enfantines manipulent sans y penser, distributeurs et bornes automatiques en tous genres, tags RFID, codes barres, flash codes, géolocalisation des objets et des sujets, avatars online... nous interagissons au quotidien avec des dizaines de machines plus ou moins automatiques, plus ou moins électroniques, plus ou moins « pensantes », qui réfléchissent nos goûts et nos actions.

Je veux explorer la relation complexe de l'homme à la machine, tout en poursuivant le ton décalé propre de mes pièces chorégraphiques. Ma rencontre en janvier 2011 avec MAYWA DENKI, ces artistes japonais qui naviguent avec un humour poétique dans l'univers des objets animés en mêlant techno, dérisoire et raffinement, puis avec NAO, le robot humanoïde, m’ont donné envie de mettre en scène les rapports des corps et des machines en les scénarisant pour explorer les limites de ces relations.
Une machine même évoluée peut-elle remplacer le rapport au vivant ? Nos répliques robotiques exprimeront-elles un jour des sentiments, en plus de gérer notre quotidien ? Quelle société cela produira-t-il ? Les robots sont-ils des entités capables d'intégrer le désordre créateur ? Seront-ils un reflet de ce que la société des hommes désire inconsciemment représenter ? Si les robots s’humanisent en prenant notre apparence, deviendrons-nous robotisés, hybrides, androïdes ?

Autant de questions qui informent une chorégraphie pour 8 danseurs dont les mouvements déclencheront les instruments de musique absurdes de MAYWA DENKI. Des automates au robot, il y a le pas des circuits électroniques et de la forme humanoïde : l’incursion de quelques NAO dans le spectacle, loin d’être une anecdote, questionne de manière sensible et émotionelle l’interchangeabilité des hommes et des machines.

Hommes machines, automates électromécaniques, robot électronique : trois formes de rapport au monde, trois stades de l’évolution ? Trois propositions pour l’exploration de leur interactions sur un mode cocasse et poétique.

Equipe artistique

Trois des plus proches collaborateurs de Blanca Li, la dream team des spectacles les plus acclamés de la compagnie (Corazon loco, Poeta en Nueva York, le Jardin de Délices) s’engagent dans l’aventure Robot !
Lumières: Jacques Chatelet, créateur d’éclairages et d’installations lumineuses pour d’innombrables specta- cles lyriques et chorégraphiques de renommée mondiale.
Scénographie: Pierre Attrait, décorateur de cinéma, scénographe de grands spectacles lyriques et théâtraux, directeur artistique de grands évènements comme le Bal de la rose.
Vidéos: Charles Carcopino, vidéaste, commissaire d’expositions, responsable du Studio de la Maison des Arts et de la Culture de Créteil depuis 2000.

MAYWA DENKI

Tosa Nobumichi, le président de ce collectif d’artistes et de performers au nom d’industriel (quelque chose comme Meiwa Electronics) se présente toujours sous le même costume : l’uniforme bleu des ouvriers de l’usine paternelle originelle, qui dit à la fois la dépersonnalisation du travail automatisé mais aussi l’hyper-personnalisation de l’artiste contemporain pensé comme un rôle, mis en scène, mis en jeu, remis au centre du monde fou des objets absurdes créés par Maywa Denki. Il dit aussi surtout quelque chose du travail manuel nécessaire à la fabrication de ces automates et objets à l’esthétique rétro-futuriste comme production artistique : un bel objet est un objet bien fait.

Influencé par l’art cinétique et la techno-pop, Maywa Denki crée des prototypes lowtech de résine et d’aluminium, tout et parties d’un monde décalé et plein d’humour, où les rapports entre l’homme et la machine sont naturels.

Les instruments de musique de la série Tsukuba (classés comme leurs inspirateurs traditionnels en guitare, sax, clavier, voie, percussion, etc.) sont ainsi des automates complexes qui jouent réellement de la musique via des systèmes électromécanique agis par des humains. Aucune électronique. La beauté fonctionnelle de la machinerie s’explicite alors lors de performances musicales pensées comme un défi lancé à notre mode contemporain pour qui la musique est devenue une information comme une autre, un flux de données. Les instruments de musique de Maywa Denki, nous ramènent à une musique substantielle et non informationnelle. Contre le flux de bits des écouteurs d’iPod, le beat d’une musique vivante créée sur scène. Contre le son digital produit de manière synthétique ou de sampling d’enregistrement électroniques, le son d’objets matériels. Mais pas n’importe lesquels : des objets «back to-the-future», des automates parfaits dont la forme donne de l’esprit !

Blanca avec Nao

ALDEBARAN Robotics

NAO parle, voit, marche, danse, plie les genoux, roules des épaules, se relève quand il tombe, prend avec ses mains, communique avec ses copains, avec les humains, avec le réseau... Développé par ALEDEBARAN Robotics, NAO est le robot humanoïde le plus utilisé dans le monde de la recherche et de l’éducation (informatique, intelligence artificielle, psychologie, etc.), et espère être bientôt mis au service du grand public comme assistant personnel. Il est déjà la compagnon préféré de Blanca ! Haut de 58 cm, NAO a deux bras, deux jambes (9 capteurs tactiles et de 8 capteurs de pression), deux yeux (2 caméras HD ) et une bouche (4 microphones), comme tout le monde ! Il est doué en reconnaissance vocale et visuelle, base de ses capacités de communication qui utilisent l’interface d’un synthétiseur vocal, de lampes LED et de 2 haut-parleurs haute fidélité. Robot ! Autonome, NAO est le compagnon artificiel de demain, qui pourra aider et divertir les humains, en interaction avec les siens ou avec nous. Et surtout, de tous les robots que Blanca a rencontré, c’est celui qui danse le mieux !

 

Management-diffusion : Stéphane Hivert s.hivert(at)blancali.com

Presse : Sébastien d'Assigny sdapresse(at)gmail.com

A Télécharger

Dossier de presse :
Revue de presse :